Pour ceux qui ne le savaient pas, le football est un milieu de connards. Si si! Attendez, je parle pas de divas surpayées, de matchs truqués, d'arbitres corrompus ou de joueurs dopés, non non, du tout, je parle des autres, ceux qui lisent l'Équipe et qui discutent football autour d'un verre de pastis... euh, pardon: autour de plusieurs verres de pastis. Ca y est, vous entendez les cigales, on y est?

Alors pour commencer, vous apprendrez que les débats de comptoir sur le football en France, c'est de la gnognotte. Au Portugal, des journaux sportifs on en a trois, ça fait 3-1 pour nous. En plus, comme on n'est pas des taffioles, on a plusieurs grands clubs par ville, comme dans tout pays de football qui se respecte (Lisbonne, Porto au Portugal, Madrid, Barcelone, Milan, Rome, Turin, Munich, Berlin, Londres, Manchester, Liverpool, Glasgow, etc... exception française quoi :>), ce qui fait que fatalement, dans le même comptoir, ça se frite. Alors quand on dit qu'il y a 60 millions de sélectionneurs en France, sachez, bande de mous, qu'à l'étranger, ça nous fait bien marrer, et que chez nous c'est mieux. Point.

La mauvaise foi, on sait pas ce que c'est tant qu'on a pas vu discuter mon oncle, sportinguiste (lagarto quoi) avec son fils (pour toi, blonde qui te serait perdu, il se trouve que par le fruit du hasard le fils de mon oncle est mon cousin, dingue hein?) qui est benfiquiste (donc qui comprends quelque chose au foot, par opposition aux supporters du Sporting ou de Porto).

Le site qui sauve l'honneur français

Et oui, perdu dans un petit coin du net, un site relève le niveau de nos footballeurs en charantaise: les Cahiers du Football. Un petit troquet virtuel, et surtout les phrases assassines. Je vous laisse aller jeter un petit coup d'oeil, mais je résiste pas à l'envie de vous mettre un petit avant-goût de leurs brèves:

DTC la France
Basile Boli (Economie Matin): "[Nicolas Sarkozy] a mis le doigt là où les autres n'osaient pas le mettre".

perspective
Thierry Henry (Mundo Deportivo): "Je crois que mes pieds redeviennent ce qu'ils ont été". Vu que tes chevilles t'empêchent à nouveau de les voir?

compromis
Jean-Michel Aulas (lequipe.fr): "Je n'ai jamais dit que l'objectif était d'aller en demi-finales. J'ai dit que l'objectif était de faire mieux que les saisons précédentes". En route pour les tiers de finale!

courant d'air
Eric Gerets (eurosport.fr): "Ma porte est toujours ouverte". C'est toujours ça de gagné pour janvier.

Malheureusement, il n'y a pas de flus RSS, comme pour le grand BashFR.org, mais c'est un incontournable pour tous les connards qui se respectent!

Et bien sûr: viva o Benfica! allez l'OM! and go 49ers!