Le football, vous connaissez?

Il y a deux football dans le monde, et les deux suscitent un enthousiasme incroyable, mais chacun de leur côté. Le premier (je dis pas le plus important hein, mais bien le premier) est celui que vous connaissez tous, celui de Pelé, Maradona, ou, si vous êtes chauvinfrançais, Platini ou Zidane.

Un peu d'histoire étant nécessaire, le football a des origines très anciennes, nombre de jeux se pratiquant avec le pied existent depuis l'antiquité, et ce partout autour du globe. En Europe, c'est la soule qui s'en rapproche le plus (et qui reste sporadiquement pratiquée de nos jours), et en 1584 on trouve une trace d'une partie de calcio (la version italienne de la soule) réunissant déjà 40000 spectateurs. Après on va me dire que le foot, c'est pas de la culture... bah voyons!

Un peu d'histoire...

Si je dis que c'est le premier, c'est parce que d'une certaine façon il est à l'origine de l'autre. En vérité, le football est à l'origine de pas mal de sports, donc le rugby, qui à l'origine est une des façon de pratiquer le football et s'appelle le "Rugby Football". En même temps, il est à l'origine de rien du tout: le jeu n'étant pas codifié, on doit se mettre d'accord sur les règles à pratiquer avant de jouer une partie. Le football qu'on pratique aujourd'hui est peut-être l'héritier naturel de la lignée, il n'est pas plus authentique que les autres descendants puisqu'à la base ce n'est qu'une des variantes. Avant d'être codifié, le football n'avait pas vraiment d'existence claire, et c'est comme ça qu'au final on se retrouve avec le football, le rugby, le football australien, le football gaëlique, le football canadien, le football américain, etc...

Le Rugby Football passera plus tard par le Canada et les États-Unis et deviendra le football canadien et le football américain. Les variantes et les développements des règles sont si compliquées à suivre au cours de l'histoire qu'on se sait pas réellement ce qui se jouait, la seule certitude qu'on a c'est que ceux qui jouèrent les premières parties ne se posaient pas ces questions: ils jouaient au football. Onze joueurs, le terrain, les buts, tout y est, même si en fin de compte ça ressemble plus au rugby à treize qu'au "soccer", comme on dit là-bas.

Ces deux cousins, qui n'ont plus grand chose à voir aujourd'hui l'un avec l'autre, sont avec le rugby (à quinze ou à treize) les sports les plus populaires au monde. Le football est le sport le plus pratiqué, la finale de la Coupe du Monde de Football est la plus grande communion qui soit, c'est l'évènement le plus regardé à la télévision. Quand on dit que c'est une religion, c'est juste parce qu'un ballon tout con a réussi à faire ce qu'aucun pape ne fera jamais. Quant à la NFL (la ligue professionnelle de football américain), elle se joue à guichets fermés pour presque tous les matchs et est la compétition avec la plus grande moyenne de spectateurs assistant aux rencontre avec plus de 65000 personnes par match, devant la Bundesliga (la première division de football allemande) avec plus de 35000... la différence est éloquente.

Le FedExField© des Washington Redskins©

Les américains sont dingues de ce sport. La finale, le fameux SuperBowl, bat tous les ans tous les record d'audience, et après le cultissime Thanksgiving c'est le soir de l'année ou le plus de nourriture est consommé. Grosso modo, c'est la plus grande fête païenne qu'ils puissent faire.

Genre, ils dribblent même pas c'est pas du foute... trop cons ces ricains.

Si je vous en parle aujourd'hui, c'est que la nouvelle saison vient de reprendre... dans la plus grande indifférence européenne, Coupe de Monde de Rugby oblige. La popularité de la NFL est en constante progression en dehors des frontières des USA, des rencontres de saison régulières sont en passe d'être planifiées régulièrement à l'étranger (une rencontre doit se jouer à Londres cette année et la NFL souhaite qu'une dizaine de rencontres par an se déroule hors des USA pour le développement du football américain, quitte à ajouter une journée à la saison). Je ne doute pas un instant que le football américain fera son trou en France, mais il faudra briser quelques clichés tenaces.

Hé oui, les européens n'ont pas une très bonne image du football américain, malheureusement. Les anglais et les allemands en sont les plus friands. Ce sont aussi les plus "américanophiles" d'entre nous aussi, incroyable hein? Bizarrement, en France, on trouve que c'est trop violent. Aux USA, c'est le rugby qu'on trouve violent. Il faut dire qu'eux sont très protégés: casque avec grille protégeant le visage, gants, protèges-coudes, protèges-dents, plastron, protège-coccyx, protège-cuisse, coquille... vu ce qu'ils se mettent sur la gueule, ça paraît normal. Mais pourquoi cette mauvaise image alors?

Une cheerleader des New England Patriots... une des autres attractions de la NFL!Pour des tas de raisons probablement, toutes aussi mauvaises les unes que les autres. La première est une légende (urbaine?), que vous avez peut-être déjà entendue: l'éspérance de vie d'un joueur de football américain est de cinquante ans. C'est peut-être vrai... en tout cas ça insère dans les esprits des pensées qui n'ont pas lieu d'être. Pourtant, certains choisiront de vivre 40 ans à l'usine, d'autres de vivre à fond leur passion pendant dix ou quinze ans quitte à risquer d'écourter leur vie. Je ne me permettrais pas de critiquer les seconds, j'aurais même tendance à les envier. Je pense que personne ne sait mieux qu'eux les dangers inhérents à leur passion, et je suis à peu près certains que très peu d'entre eux regrettent leur choix. On fantasme beaucoup sur le football américain, certains croient que ça tue beaucoup de monde... 28 décès entre 2000 et 2005, c'est vrai que ça fait beaucoup, non? Bon, bah cherchez les victimes faites pendant la même période en pratiquant les sports mécaniques, la plongée, la spéléologie... Ou juste en allant essayer de choper un cancer de la peau au bord de la mer. Restons cohérents avec nous-mêmes quoi.

Alors OK, c'est violent. Ça l'est, c'est sûr, ils se mettent des putain de mandales les types. Mais avant de juger, essayez de comprendre le sport, ses règles, son approche, sa philosophie. Se faire mal n'est pas forcément malsain. On appelle la boxe "le noble art", on bouffe les documentaires made by TF1 avec plein de faits divers à gerber, on dîne en regardant des enfants crever au Darfour, on adore les productions hollywoodiennes dopées à l'hémoglobine, on est le continent où ont eu lieu les plus grandes boucheries de l'Histoire, on n'imagine pas interdire le sado-masochisme, on dit même qu'il faut souffrir pour être belle (sic!) et on trouve les tatouages super joli, par contre quand des bonhommes acceptent de gagner des millions pour se faire plaisir et faire rêver des millions de gens, là notre morale revient au galop. C'est splendide.

L'autre ovalie

Le football américain deviendra populaire en France et en Europe, j'en suis certain, il l'est déjà de plus en plus. Tout simplement parce que quand on regarde la première fois, on est épaté par l'incroyable spectacle qui se passe sur le terrain, et quand on cherche à découvrir on voit autre chose que des courses et des coups. D'abord, et comme c'est le cas également au rugby, le football américain est praticable par tout le monde. Grand, petit, rapide, lent, gros, maigre, toutes les physionomies sont présentes sur un terrain. Essayez de percer au football si vous faites 1m75 et 95kg... Alors certes, vous ne serez pas receveur avec ce gabarit, mais à l'inverse si vous faites 1m75 et 75kg vous ne jouerez pas dans les lignes offensives ou défensives non plus. Mais peut-être faut-il vous expliquer rapidement comment ça se passe?

C'est aussi un des problèmes... "Le foot US, c'est super compliqué" Bah ouais, comme tout ce qu'on ne connait pas. Quand t'as 6 ans et que tu vois quelqu'un conduire une voiture ou lire un bouquin, c'est super compliqué aussi. Pour avoir été arbitre de foot, je peux vous assurer que 90% des joueurs de foot ne connaissent pas les règles de leur sport, et que la moitié comprennent pas grand chose au hors-jeu. Ça n'empêche pas la moitié du globe de suivre la finale de la Coupe du Monde...

Football 101

Le football américain, comme tous les sports, est simple dans les grandes lignes, donc on va apprendre à marcher avant d'apprendre à courir avec les règles de base. L'équipe qui a la balle a quatre tentatives (une tentative est appelé un "down") pour avancer de 10 yards (91cm), un yard étant un des petits traits sur le terrain, les lignes pleines sont espacées de 5 yards, la distance d'un en-but à l'autre étant de 100 yards. C'est un peu comme les tenus au rugby à treize, pour ceux qui connaissent. Si elle y parvient, on lui redonne quatre downs. Si après le quatrième down le contrat n'est pas rempli, le ballon est donné à l'équipe adverse, c'est pourquoi le quatrième down est souvent botté, soit en dégagement (le "punt") pour que l'adversaire ait la balle le plus loin possible de son en-but (la "end zone"), soit en coup de pied de but (le "field goal") qui donne trois points.

Juste avant une mise en jeu. Sinon il y a le célèbre "touchdown", qui donne six points à l'équipe: il faut qu'un joueur porte la balle dans la end zone adverse. Pour cela, il y a quatre solutions: soit la balle est donnée à un coureur (le "running back") qui arrive à percer la défense en la portant, soit le "quarterback" passe le ballon à un joueur qui la reçoit dans la end-zone ou qui la reçoit avant mais arrive à courrir avec celui-ci jusque là. La troisième solution, c'est le touchdown défensif: un défenseur intercepte la passe et la défense arrive à porter le ballon dans la end zone adverse, ou bien il arrive à faire lâcher un ballon porter et la défense la récupère pour toujours l'apporter dans la end-zone. La quatrième façon de marquer un touchdown est de retourner un botté, que ce soit un engagement (l'engagement se fait par un coup de pied), un punt ou, plus rarement, un field goal trop court.

Vous voyez, c'est pas si compliqué... Ca peut le paraître comme ça, je le concède, mais en après avoir regardé un match, un seul, on a compris le plus gros. Plus tard on comprendra des notions plus pointues, comme savoir quand une passe est complétée, quand il y a un "fumble", les fautes les plus fréquentes ("false start", "offsides", "facemask", "holding" et "pass interference"). En même temps, vous vous rendrez probablement compte que la difficulté du sport n'est pas dans la punition infligée par les défenseurs aux attaquants, mais dans la complexité des tactiques. Pour chaque phase de jeu, chacun des onze joueurs doit savoir exactement ce qu'il doit faire, se trouver au bon endroit au bon moment, savoir où seront ses collègues. Et des tactiques, il y en a des dizaines. Retenir tout ça et l'appliquer quand vous avez un bonhomme de 100kg qui court le 100m en 11 secondes à vos trousses, je pense que ça doit pas être facile. Se relever après avoir été plaqué par ce bonhomme et repartir s'en manger une autre, ça doit pas être plus facile. Ces bonshommes font des prouesses d'habileté, ils jouent avec des os cassés parfois... on est loin des divas du football.

Et puisqu'on parle toujours de blessures, ayons une petite pensée pour Kevin Everett, tight end des Buffalo Bills, grièvement blessé à la moelle épinière aux niveau des vertèbres cervicales lors du match d'ouverture de la saison régulière. Ces jours ne sont plus en danger, on espère qu'il pourra remarcher...

Images sous licence Creative Commons (ici, et enfin ).